Vin bio, vin naturel : comment faire son choix ?

two-types-of-wine-1761613_960_720

Révolue l’époque où le vin dit bio était synonyme de « petit » vin produit par des marginaux illuminés !

A l’heure actuelle, il se rapproche volontiers du haut de gamme, issu de vignes, savamment cultivées en biodynamie, très prisé des amateurs de bons crus.

Toutefois, il est important de souligner l’importance de la certification puisque, elle seule, garantit que la démarche bio est intégralement suivie par le producteur.

Pour bien comprendre :

Le « vin bio » n’existe pas à proprement parler puisque la qualité « biologique » ne s’applique qu’à la partie viticulture, c’est-à-dire jusqu’à la vendange. Donc en théorie, rien n’empêche un viticulteur bio d’utiliser une multitude de produits chimiques au chai et d’apposer une étiquette bio sur ses bouteilles. En pratique, cela ne se fait que très rarement car les viticulteurs bio mettent un soin particulier à ne pas détruire tous leurs efforts par une vinification approximative. Toutefois, on peut se poser des questions pour le « bio industriel ». De façon identique, le terme « vin naturel » peut être appliqué à des vins vinifiés sans soufre mais issus de vignes cultivées avec des produits chimiques.

Comment faire son choix ?

On classe généralement les exploitations viticoles en 4 grandes familles :

  • L’agriculture conventionnelle :
    Elle privilégie les rendements, le sol étant considéré comme un simple support pour les plantes, il est désherbé et traité chimiquement régulièrement.
    L’agriculture conventionnelle reste largement la plus répandue.
  • L’agriculture raisonnée :
    Apparue au début des années 1990, elle s’inscrit dans une optique de respect de l’environnement. C’est une démarche volontaire sans aucune obligation ni contrôle. Les vignes sont traitées chimiquement seulement si le besoin s’en fait sentir et avec le produit le moins nuisible à l’environnement. Certains producteurs peuvent être très proches du bio.
  • L’agriculture biologique :
    Elle repose sur le rejet de tous produits chimiques, pesticides, fongicides ou fertilisants. Pour pouvoir être certifiés, les domaines doivent se soumettre à des contrôles réguliers par un organisme accrédité. Il faut 3 ans pour convertir un domaine en « bio », la première récolte certifié étant celle de la 4ème année après l’arrêt d’utilisation des produits chimiques.
    Les vignes sont traitées avec des produits d’origine naturelle pour aider la vigne à se défendre par elle-même, les apports sont des fumures organiques.
  • La biodynamie :
    C’est une branche de l’agriculture biologique : la terre est vue comme un ensemble vivant et le viticulteur s’efforce de favoriser la vie des sols qui en retour lui donneront de beaux raisins. Au lieu de traiter, on corrige le déséquilibre.
    Le nombre de domaines en biodynamie reste faible (< 10% des surfaces en bio) ; en revanche ce sont très souvent des domaines marquants en terme de qualité des vins.

Il est donc important de bien analyser les étiquettes pour faire le bon choix mais surtout, et  plus que jamais, il est primordial, pour nous amateurs, que le vin soit choisi non pas sur une appellation, un label ou une médaille mais sur le nom et la renommée du producteur.

#viticulture #traitement écologique #bio #produit naturel

Données issues du site chateau Loisel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s