Les sept chiffres à connaître sur l’agriculture française

Harvesting the field of wheatLe Salon de l’Agriculture ouvre ses portes samedi 23 février à Paris. Un événement incontournable quand on sait que la France est la première puissance agricole européenne, devant l’Allemagne et l’Italie, avec une production estimée à 73 milliards d’euros en 2018. Les agriculteurs, au nombre de 448.500, voient leurs effectifs diminuer sans interruption.

Alors que l’année 2018 a été marquée par un été particulièrement sec, de nombreux agriculteurs – qu’ils soient éleveurs ou céréaliers -, se posent des questions sur leur avenir et la pérennité de leurs exploitations. À l’occasion du salon de l’agriculture, qui se tient du samedi 23 février au dimanche 3 mars à Paris, porte de Versailles, voici quelques éléments clés sur l’agriculture française:

• Une production estimée à 73 milliards d’euros, soit 16,9% du marché européen

En 2018, la «ferme France» a conservé son statut de première puissance agricole européenne. Tous secteurs confondus, sa production est estimée à 73 milliards d’euros. La France devance ainsi nettement l’Allemagne (56 milliards) et l’Italie (51 milliards) sur le podium européen. La France a surtout stabilisé sa part de marché sur l’échiquier communautaire – de 16,8% en 2017 à 16,9% en 2018 -, alors qu’elle reculait dangereusement depuis quelques années, avec notamment une année 2016 catastrophique.

• 30 millions d’hectares

En termes de surfaces agricoles, la France est également au premier rang européen avec près de 30 millions d’hectares.

• Une contribution au PIB à hauteur de 6,7%

La contribution de la branche agricole au produit intérieur brut français (PIB) devrait être en hausse en 2018 pour la deuxième année consécutive après la crise de 2016, à 6,7% du PIB. En 2018, les exportations de produits agricoles et produits agroalimentaires ont représenté 6,6 milliards d’euros d’excédent commercial, contre 5,8 milliards en 2017, inversant la courbe par rapport aux années précédentes plombées par de mauvaises récoltes de céréales.

• Une année 2018 amputée par la sécheresse

En 2018, la valeur des productions animales a diminué de 1,2%, sous l’effet de la chute des prix du porc de 12,4%, après deux années de hausse soutenue. Les productions végétales ont quant à elles rebondi de 2,2%, principalement grâce à la hausse du volume de vin (+ 28,5%), seule production végétale en croissance.

Les conditions climatiques, en particulier la sécheresse estivale, ont pesé sur les rendements des céréales, mais aussi des fruits et légumes. Cela a fait monter les cours, mais dans de nombreux cas (abricots, cerises, courgettes) cette hausse des prix a été insuffisante pour combler la perte de production. La sécheresse a également touché la production laitière, faute d’herbe pour nourrir les vaches: au mois d’octobre 2018, la collecte affichait ainsi un repli de 3,7% par rapport à octobre 2017. En revanche, comme les maraîchers, les éleveurs laitiers ont vu les cours remonter.

• Une baisse des défaillances

Le nombre de défaillances d’entreprises a fortement baissé en 2018. À fin novembre, il était en recul de 8%.

• La France compte 448.500 agriculteurs, dont 50% ont plus de 50 ans

Le nombre d’agriculteurs reste en baisse continue: de 1,5% à 2% par an. Ils étaient ainsi 448.500 en 2018, contre 514.000 dix ans auparavant, selon les chiffres de la mutualité sociale agricole (MSA) qui invoque l’extension de la taille moyenne des exploitations et le développement de l’urbanisation et des forêts.

Un phénomène inquiétant, alors que plus de 50% des agriculteurs ont aujourd’hui plus de 50 ans, et vont prochainement prendre leur retraite. Certains observateurs évoquent une montée des retraites anticipées chez les seniors et une chute des vocations chez les jeunes.

• 1250 euros par mois en moyenne

La baisse du nombre d’agriculteurs semble loin de devoir s’arrêter en raison des incertitudes économiques. De nombreuses exploitations ont une trésorerie très fragile et les revenus des agriculteurs sont faibles. Selon une étude de la Mutualité sociale agricole (MSA) de 2016, les agriculteurs ne gagnent en moyenne que 15.000 euros par an, soit 1250 euros moyens par mois. Un tiers des agriculteurs touche même moins de 350 euros par mois…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s