Glyphosate

Interdiction de 36 produits contenant du glyphosate en France

Ces produits représentaient en 2018 près de trois quarts des tonnages de produits à base de glyphosate vendus en France pour des usages agricoles et non agricoles

Ces produits seront interdits à compter de fin 2020, en raison de l’insuffisance ou de l’absence de données scientifiques permettant d’écarter tout risque génotoxique. Trente-six produits à base de glyphosate seront retirés de la vente en France.

L’Anses a engagé un nouvel examen de la totalité des autorisations de mise sur le marché des produits à base de glyphosate commercialisés en France à la suite de la réapprobation pour 5 ans de la substance herbicide  par l’Union Européenne en 2017. Le processus doit s’achever fin 2020.

L’Anses ajoute : « seuls les produits à base de glyphosate répondant aux critères d’efficacité et de sécurité définis au niveau européen pour les usages revendiqués, et ne pouvant pas être substitués de façon satisfaisante, bénéficieront in fine de l’accès au marché français.

 

Agriculture & Alimentation

Des résidus de pesticides dans les fruits et légumes

L’association Générations futures publie une étude fondée sur 13 300 analyses, 71,9 % des échantillons de fruits et 43,3 % des légumes présentent des résidus de produits phytosanitaires

L’association Générations futures rappelle dans un rapport que les résidus phytosanitaires restent présents dans les fruits et légumes conventionnels vendus en France. De plus, ce constat vaut aussi pour les produits non issus de l’agriculture biologique.

L’association a averti les consommateurs.

En conclusion:

Sur 50 végétaux, 71,9 % des échantillons de fruits et 43,3 % de légumes en contenaient. 2,9 % des fruits et 3,4 % des légumes testés dépassaient les seuils légaux autorisés de pesticides.

Moyennes pluriannuelles

Le rapport permet de ne pas se focaliser sur une saison que les aléas de la météo auraient pu rendre particulièrement propice aux surdoses de fongicides ou d’insecticides. Les années 2016 et 2017 des pesticides ont été repérés dans 100 % des échantillons de pamplemousses ou pomelos, pêches et nectarines, framboises et groseilles, abricots, céleris-raves, herbes fraîches.

Les cerises, les clémentines et les mandarines, le raisin, les pamplemousses sont en tête, leurs échantillons se révèlent être positifs à plus de 85 %. Les pêches et les nectarines, fraises, oranges, abricots et les pommes les talonnent (80 %). Les kiwis et les avocats représentant moins de 30 % sont les moins contaminés.

Il faut savoir que la pomme qui est le fruit le plus consommé en France, subissait 35 traitements phytosanitaires par an en 2012, et 36 en 2015. L’ananas se distingue par ses 9,6 % d’échantillons dépassant la limite réglementaire maximale en résidus. Les cerises, kiwis, pamplemousses et clémentines sont aussi en danger. Les bananes représentent 1 % et les nectarines 0,3 %.

 

 

Pesticides : l’efficacité des équipements de protection des agriculteurs en question

Les équipements sont-ils efficaces ?

Selon une étude scientifique, l’efficacité des équipements individuels de protection, appelé EPI en conditions réelles est surestimée. Beaucoup de facteurs peuvent entraver leur utilisation : coût, inconfort, disponibilité.

Alain Garrigou, est l’auteur principal de l’étude. Il déclare : « il s’agit d’un sujet abordé par différentes disciplines séparées. C’est la première fois que l’on propose un point de vue pluridisciplinaire ». Avec des collègues, ils ont repris l’ensemble des données sur l’efficacité des EPI au laboratoire et sur le terrain « il ne faut pas se satisfaire des résultats d’efficacité issus de laboratoire. Il faut regarder sur le terrain, en situation réelle c’est là que l’on évalue la qualité des protections ».

Le but étant de poser 11 patchs sur le corps des agriculteurs et de les laisser travailler comme à leur habitude. On mesure ce qui est déposé sur le patch en fonction de la protection portée et de l’activité réalisée.

Problèmes d’image et de confort

Sur le terrain, beaucoup de facteurs entrent en jeu qui ne sont pas pris en compte en laboratoire. Le risque d’exposition dépend de l’activité, mais aussi du pesticide utilisé. Viennent ensuite les problèmes de confort (combinaisons trop chaudes ou mal adaptées aux mouvements).

En France, on compte 800 000 travailleurs non permanents dans les exploitations agricoles. Dans cette catégorie, on trouve des migrants, des travailleurs détachés, des personnes payées par des prestataires de services …

Des maladies ciblées 

Le problème que pointe l’étude est de nature à remettre en cause les autorisations de mise sur le marché des molécules les plus dangereuses. En 2016 déjà que le port d’EPI n’est pas toujours pratiqué par les applicateurs pendant les phases de travail pour lesquelles il constitue pourtant une des conditions de l’autorisation de mise sur le marché des produits utilisés.

En 2013, L’INSERM affirmait que les pesticides provoquaient des pathologies chez l’adulte telles que : la maladie de Parkinson, le cancer de la prostate et certains cancers hématopoïétiques.

 

 

Articles disponibles : https://www.liberation.fr/fil-vert,100993

Soufre en sulfite

Les sulfites dans le vin : explications

Vous avez peut-être remarqué après avoir bu du vin, vous avez des migraines, la respiration lourde, le nez bouché ou qui coule, des problèmes digestifs ou des réactions sur la peau ? Le soufre peut en être la cause.

Le soufre : définition

Le SO2 ou dioxyde de soufre est un gaz sans couleur, inflammable, avec une odeur pénétrante qui irrite les yeux, la peau, les muqueuses et les voies respiratoires. Il est présent dans le vin sous la forme d’ions sulfites et bisulfites. Après dégustation du vin, les sulfites sont transportés par le sang dans tous les organes.

Le dioxyde de soufre peut provoquer des irritations et des inflammations, souvent gastriques mais aussi des allergies dont les premiers signes sont des difficultés respiratoires, des bouffées de chaleur, des enflures et des démangeaisons.

Formulations du soufre autorisées en œnologie dans l’Union Européenne

  • Dioxyde de soufre sous forme gazeuse ;
  • Bisulfite de potassium ;
  • Bisulfite d’ammonium
  • Métabisulfite de potassium
  • Combustion de soufre fleur (origine volcanique) conduisant à la formation du gaz.

1200x800xsoufre-volcanique.jpg.pagespeed.ic.syKCwh29fK

Les allergènes majeurs 

Aux USA, la toxicité des sulfites est bien connue. Ils sont interdits dans les fruits et légumes. En Europe, les sulfites sont dans la liste des 10 allergènes majeurs depuis 2011. L’Organisation Mondiale de la Santé a clairement défini une dose maximale de sulfites à ne pas dépasser. Elle est de 45 milligrammes/jour pour une personne pesant 65 kg.

La consommation régulière de vins a donc pour effet de dépasser la dose journalière tolérable. Le vin n’est pas le seul produit qui contient des taux importants de SO2, c’est le cas dans les abricots.

Pourquoi des sulfites dans le vin ?

Tous les vins contiennent du soufre sous diverses formes, il s’agit des sulfites. Même dans des vins non sulfités, 10 milligrammes/litre peuvent s’y trouver.

Depuis quand les sulfites sont utilisés dans le vin ?

Les sulfites sont utilisés depuis la fin du 18è siècle en vinification. Outre ses propriétés d’antiseptique, d’antifongique, les sulfites permettent :

  • d’inhiber ou de tuer les levures indésirables pour contrôler la fermentation.
  • de protéger le vin de l’oxydation. Ils ont un rôle de conservateurs et de stabilisateurs.

Sensibilité aux sulfites dans le vin

Dans le vin, la présence d’alcool et d’acides rend la détection des sulfites difficile. Comme beaucoup d’entre nous, qui n’avons jamais goûté du vin sans soufre, on ne sait pas distinguer le soufre dans le vin car le goût nous est inconnu.

Soufre libre ou soufre combiné ?

Seule une partie du SO2 ajouté au vin est efficace en tant qu’antioxydant. Le reste se combine à d’autres éléments n’ayant aucune utilité dans le vin. On appelle taux de SO2 total la somme du SO2 libre et du SO2 combiné.

A quels moments le soufre est-il utilisé dans la fabrication du vin ?

En œnologie, l’anhydride sulfureux peut être utilisé lors de différentes phases. Les moments choisis varient d’un domaine à l’autre, dépendent des habitudes des vignerons, du type de vin élaboré, des choix techniques et de la qualité sanitaire de la vendange.

1/ A la vendange : le soufre est dispersé sous forme de métabisulfite pour inhiber l’action des levures indigènes.

2/ Au foulage : on peut rajouter du soufre pour prévenir les dérapages microbiens et autres oxydations.

3/ Pendant la fermentation : du soufre peut être versé à n’importe quel moment de la fermentation mais surtout à la fin pour arrêter ou empêcher la fermentation malolactique.

4/ Au soutirage : c’est le moment ou l’on transvase le vin d’un contenant à un autre.

5/ Mise en bouteille : du soufre est ajouté pour empêcher l’oxydation ou toute action microbienne dans la bouteille. Depuis 2005, la législation de l’Union Européenne impose la mention « contient des sulfites » pour la plupart des vins, le texte précise que l’étiquetage est obligatoire à partir de 10 mg/l de soufre résiduel total.

Niveaux maximaux autorisés de sulfites dans le vin

On trouve des sulfites dans les vins bio tout comme dans les vins biodynamiques et naturels ! La différence réside dans les taux maximums autorisés qui sont différents d’une couleur à l’autre et selon les labels (conventionnel, Demeter, Biodyvin, vins naturels).

Nota: les vins rouges ont besoin de moins de soufre car ils contiennent des antioxydants naturels dans la peau des raisins et des rafles pendant la fermentation.

Plus de sulfites dans le vin blanc, pourquoi ?

Les vins blancs et rosés ne contiennent pas d’antioxydants naturels car les peaux et rafles des baies n’entrent pas en contact avec le jus. Les vins liquoreux ont la plus grosse dose de SO2 car le sucre se combine avec une grande proportion de soufre.

Taux de sulfites dans le vin, comment le connaitre ?

La loi Européenne impose aux vignerons d’ajouter la mention « contient des sulfites » sur tous les vins contenant plus de 10 mg/l de dioxyde de soufre.

Le vrai besoin est de pouvoir différencier le vin qui en contient 11 mg/l de celui qui en contient 200 mg/l. 

Nous vous proposons un site avec les différents de type de vins ainsi que les taux de SO2

https://www.vinibee.com/les-sulfites-dans-le-vin/

Bonne lecture.

 

 

 

 

 

AB Consultant vous présente ses vœux les plus sincères pour 2020

La nouvelle année va bientôt débuter, AB Consultant vous présente ses meilleurs vœux pour 2020 !

Que cette nouvelle année vous apporte la réussite professionnelle, et si cela vous dit, vous tourner vers l’écologie, le bio, l’agriculture.

 

57adaeab

Nous restons à votre disposition pour échanger sur nos programmes et vous rappelons que vous trouverez l’ensemble des documentations techniques et commerciales sur notre site internet : https://www.ab-consultant.fr

En attendant, vous pouvez télécharger notre plaquette commerciale sur la VIGNE.

En espérant vous compter parmi nos futurs clients.

 

BONNE ANNÉE !

Le vignoble de Bourgogne

La Bourgogne, un vignoble unique et un terroir des meilleurs vins

Le vignoble de Bourgogne s’étend sur près de 240 km d’Auxerre à Mâcon. Le vignoble bourguignon cultive tradition et savoir-faire depuis près de 2000 ans. Ce qui singularise la Bourgogne des autres vignobles, c’est l’accord entre le sol, l’influence du microclimat, le cépage et le savoir-faire. utilisés par les vignerons bourguignons : une association qui donne le sens du mot terroir ou en bourguignon le mot « climat ».

Ce vignoble tire profit d’une météorologie, d’une géographie et d »une géologie exceptionnelles. Entre un climat semi-continental propice à une maturation optimale du raisin, une exposition des vignes sur les coteaux à des altitudes favorisant la culture du raisin et des sous-sols formés il y a 180 millions d’années, ces vins sont le produit d’un terroir d’exception, à découvrir lors d’un week-end dégustation des vins de Bourgogne.

Séjours œnologiques Bourgogne : chiffres clés à retenir

  • Superficie : plus de 28 000 hectares de vignes répartis sur 1247 climats
  • Cépages : le Pinot noir pour les vins rouges et le Chardonnay pour les vins blancs
  • Production viticole : 1,5 millions d’hectolitres de vin produit par an dont 60 % de vins blancs ; 30 % de vins rouges et 10 % de crémants
  • Le vignoble de Bourgogne c’est aussi 2 % de la surface exploitées agricole de la Bourgogne ; 3 % de la production nationale des vins français et 5 routes des vins.

Les appellations des vins de Bourgogne

  • 23 appellations AOC régionales
  • 44 appellations AOC villages
  • 32 grands crus.

Les villes et villages viticoles sur les routes des vins de Bourgogne

  • Auxerre,
  • Dijon,
  • Mâcon,
  • Chablis,
  • Meursault,
  • Pommard,
  • Nuits-Saint-Georges,
  • Aloxe-Corton

Les routes des vins de Bourgogne

La route des vins de Bourgogne viticole à est à découvrir par 5 itinéraires pour musarder le temps d’une balade dans les vignes ou d’une descente de caves pour apprendre à déguster les vins de Bourgogne.

Partir en week-end en Bourgogne

A 1 h de Paris, la Bourgogne est une terre à l’identité unique et à taille humaine. Le temps d’un week-end, partez des villes pour vous engouffrer entre vignobles et campagnes à la découverte d’une multitude de cités, de décors et d’activités à couper le souffle.

Tourisme et activités en Bourgogne

Laissez-vous guider que ce soit en famille, en amoureux ou entre amis par Vinotrip pour organiser un périple à la mesure de vos envies. Découvrez les activités touristiques en Bourgogne : https://www.vinotrip.com/fr/vignoble/bourgogne/tourisme

Chiffres clés du Tourisme en Bourgogne

  • 5 routes des vins
  • 2 fleuves : la Seine et la Loire
  • 1 réserve naturelle : le parc du Morvan
  • 1 vignoble
  • plus de 1000 km² de promenades au fil de l’eau dont 12 canaux et rivières
  • 7 villes d’Art et d’Histoire : Autun, Auxerre, Chalon-sur-Saône, Charité-sur-Loire, Dijon, Nevers, Joigny
  • 4 sites à l’UNESCO
  • Château de Guédelon pour revivre une époque médiévale
  • Une des régions les plus étoilées de France.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Base de données documentaire en agriculture biologique

logo abiodoc

La BIOBASE est la seule base de données documentaire francophone sur l’agriculture biologique et durable.

Elle contient plus de 37 000 références, constituées d’ouvrages techniques ou économiques, de travaux expérimentaux, de rapports de stages, d’études, d’articles de périodiques. Les documents présentés proviennent de la veille documentaire réalisée sur plus de 130 revues françaises et provenant de l’étranger (en langues anglaise, portugaise, espagnole, italienne et allemande), mais également de recherches sur Internet et d’informations provenant du réseau de partenaires d’ABioDoc.

La Biobase contient des données traitant des domaines techniques, économiques ou réglementaires en agriculture biologique, ainsi que des thématiques complémentaires : agriculture durable, environnement, santé, développement rural et énergie. Les informations proviennent de données régionales, nationales ou internationales.

Chaque notice comprend les informations bibliographiques (auteur, éditeur, nombre de pages…) mais aussi un résumé analytique.

La bibliothèque est ouverte à tout public. Il est possible de consulter les documents sur place ou de les emprunter, sauf indication contraire.

Les services ABIODOC

  • un fonds documentaire accessible à tout public et comportant environ 2000 ouvrages et une centaine de titres de revues
  • Biobase : une base de données documentaire francophone spécialisée en agriculture biologique, comportant plus de 37 000 références, accessible gratuitement depuis le site Internet https://abiodoc.docressources.fr
  • Biopresse : une revue bibliographique mensuelle d’actualité
  • un service questions ­ réponses permettant d’obtenir diverses informations et de commander des listes bibliographiques personnalisées, des prêts d’ouvrages, des photocopies de documents (sous certaines conditions)…
  • Acteurs de la bio : une base de données regroupant des intervenants et des organisations en lien avec l’agriculture biologique dans les domaines de la formation, de la recherche et du conseil.

Contact ABIODOC

ABioDoc, Centre National de Ressources en Agriculture Biologique

VetAgro Sup, Campus agronomique de Clermont
89 avenue de l’Europe – BP 35 – 63370 Lempdes (France)
Tél : 04.73.98.13.99 – Fax : 04.73.98.13.98 – Courriel : abiodoc@educagri.fr

Site internet : http://www.abiodoc.com

Vente des Hospices de Beaune 2019

On connaît le nom des parrains de la 159e édition de la vente des vins des Hospices de Beaune qui a eu lieu dimanche 17 novembre 2019.

Tony PARKER, Christophe LAMBERT, Ophélie MEUNIER, François-Xavier DEMAISON

Chaque année, des personnalités viennent faire monter les enchères lors de la vente de la pièce de charité. Pour la 159e édition, la « pièce des présidents » sera un Corton Bressandes, grand cru de Bourgogne spécialement assemblé au profit de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière et de l’association Autour des Williams, qui soutient la recherche contre le syndrome de Williams, une maladie génétique.

Le millésime 2019 des Hospices de Beaune sera peu prolifique à cause d’une météo très irrégulière. La plus célèbre vente aux enchères de vin au monde, sous le marteau de Christie’s, proposera 589 pièces de vin cette année, issues de 50 cuvées (33 de rouge et 17 de blanc). C’est bien moins que la récolte de l’an dernier, qui avait atteint un record avec 828 pièces.

Première responsable de ce rendement en baisse, la météo : si l’hiver a été marqué par un déficit de pluie et des gelées, la canicule de juin et les orages et grêles de juillet ont aussi suscité l’inquiétude.
« La floraison était chaotique : sur certains pieds, il y avait des grappes toutes faites et des jeunes fleurs à la fois » précise celle qui a décidé de traiter le domaine avec des produits 100% bio cette année. Récolté tôt (le 9 septembre), le millésime 2019 présente « des taux d’alcool similaires à ceux de l’année dernière mais plus d’acidité, une touche typique des vins de Bourgogne, et un tanin séducteur », a-t-elle ajouté.

A noter qu’à l’exception de la pièce des présidents, l’argent rapporté par la vente des vins est reversé à l’institution hospitalière des Hospices, fondée au 15e siècle par Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne, et finance notamment la modernisation de l’hôpital de la ville et l’entretien du bâtiment historique de l’Hôtel-Dieu.

Découvrir la région du Beaujolais

A la découverte du vignoble du Beaujolais

Le Beaujolais est surtout connu pour son « Beaujolais Nouveau ». Nous avons une grande diversité de la production du Beaujolais : vins de garde et appellations de grande qualité, sans compter la beauté de ses paysages viticoles vallonnés, de ses châteaux et ses villages médiévaux aux pierres dorées.

Partez en séjours œnologiques et sillonnez le vignoble de 55 kilomètres entre Mâcon et Lyon, à la découverte de sa gastronomie, de ses vins et de ses vignerons.

A la découverte des vins du Beaujolais

Il faut savoir que les vins du Beaujolais ont en commun avec leurs voisins bourguignons une complexité, une souplesse et un fruité délicat. Le Gamay, cépage emblématique du Beaujolais, couvre 99 % du vignoble. Le Chardonnay est lui planté à la frontière nord avec le Mâconnais.

Les vins à déguster sont majoritairement des vins rouges, sans oublier cependant les beaujolais blancs et rosés.

Les chiffres clés

Superficie : + de 18 000 hectares

Production : 1 million d’hectolitres produits chaque année

Les aires d’appellation à découvrir sur la route des vins du Beaujolais :

  • Appellation régionale beaujolais
  • Appellation beaujolais-villages
  • Dix crus : Brouilly, Côte de Brouilly, Chénas, Chiroubles, Fleurie, Juliénas, Morgon, Moulin à vent, Régnié, Saint-Amour.

A la découverte des villes et villages viticoles du Beaujolais

  • Beaujeu
  • Villefranche-sur-saône, capitale du Beaujolais
  • Villié-Morgon, niché sur les coteaux du Beaujolais
  • Brouilly, avec 20 % de la superficie du vignoble Beaujolais
  • Saint-Amour
  • Chénas, le plus petit crus du Beaujolais qui s’étend sur 260 hectares.

A la découverte des routes des vins du Beaujolais

Parcourez le vignoble à la rencontre des vignerons, de leurs passions et savoirs-faire pour la vigne.

Deux itinéraires sont à découvrir :

  • La route des crus villages du Beaujolais  : Sur 92 kilomètres, elle vous conduira de Villefranche-sur-Saône à Montmelas-Sorlin, Saint-Julien (ville de Claude Bernard et son musée), Vaux-en- Beaujolais, Arguy et son château et Beaujeu.
  • Circuit au départ de Villefranche-sur-Saône : Sur 52 kilomètres, vous passerez par Marcy, Chaunay, puis par une série de petits villages : Chatillon, Chessy, Bagnols, tous dotés d’une belle église.

Le temps d’un week-end en Beaujolais

Le Beaujolais est idéalement bien situé à quelques kilomètres au nord de Lyon et à moins de 200 km à l’ouest de Genève. Le Beaujolais fait référence au romantisme et à la détente, et à la dégustation de vins du Beaujolais. Aussi, vous pouvez faire une halte dans une maison d’hôte de charme à St-Amour.

A la découverte du tourisme et activités au vignoble

Cette région viticole combine à merveille initiation œnologique, découverte culturelle et détente. Le côté culture n’est pas sans restes avec les visites des châteaux du Beaujolais, les villages médiévaux et villes historiques comme Villefranche, Beaujeu).

Côté nature, ce sont des paysages vallonnés, verdoyants offrant de nombreuses randonnées.

Beaujeu qui est la capitale historique du Beaujolais, nous vous recommandons d’aller faire un tour dans la Maison Pardon et Fils.

A la découverte des recettes typiques du Beaujolais

Comme son voisin Lyonnais, le Beaujolais est connu pour son amour de la gastronomie, accompagné de bons vins.

A la découverte des activités à faire en famille ou entre amis

  • Activités nautiques, randonnées et forêt de l’aventure au Lac des Sapins à Cublize, base nautique du Colombier à Anse (aviron, voile, kayak…)
  • Randonnées pédestres, équestres ou VTT de vignes en villages et de villages en forêts, circuit des Industries d’Antan, circuit des Crêtes, balades dans les pierres dorées, voie verte du Beaujolais…
  • Parcs acrobatiques forestiers à Blacé et Avenas
  • Golf Club du Beaujolais à Lucenay.

 

 

 

 

 

 

 

 

Plantations et arrachage de la vigne Procédure en ligne

Le service en ligne « PARCEL » est mis à disposition des viticulteurs pour déclarer l’arrachage ou la plantation de vignes.

Ce service est simple, rapide. La déclaration en ligne via PARCEL sera obligatoire dès 2020.

Dès octobre 2019, vous avez la possibilité de déclarer les arrachages et les plantations de vignes à la douane via PARCEL.

Pour y accéder, cliquez sur le lien ci-dessous :

https://www.douane.gouv.fr/service-en-ligne/parcel-declaration-travaux-darrachage-et-de-plantation-de-vignes

Procédure :

Pour déclarer un arrachage : il suffit de sélectionner la parcelle cadastrale concernée et d’indiquer la superficie arrachée

Pour déclarer des plantations : sélectionner la parcelle plantée, l’autorisation de plantation délivrée par FranceAgriMer disponible dans PARCEL et enfin, suivre les instructions.

N’attendez pas 2020 pour effectuer vos déclarations, le service en ligne est déjà disponible.

Un tutoriel vidéo est disponible ci-après qui explique le fonctionnement de PARCEL

Contacts, liens utiles, assistance :

Coordonnées des services douaniers ouverts au public : https://www.douane.gouv.fr/carte-interactive-des-services-douaniers-ouverts-au-public

Coordonnées de tous les services douaniers en ligne pour la viticulture :

https://www.douane.gouv.fr/service-en-ligne?thematique=102&type_service_en_ligne=All&title=

Dossier « Vigne et vin » :

https://www.douane.gouv.fr/dossier/vigne-et-vin

Sur les réseaux sociaux :

  • Facebook
  • Twitter
  • Google +
  • Viadéo
  • LinkedIn